Les 8 choses à savoir sur l’immobilier en Afrique

L'enquête sur l'immobilier africain menée conjointement par la CBRE et DLA Piper a mis en avant 8 points essentiels pour aider les potentiels investisseurs à combler l'écart entre perception et réalité.

1. Dans certaines régions d'Afrique, les marchés immobiliers ont connu un remarquable développement au cours des dernières années et ont attiré une grande variété d'investisseurs, notamment grâce à la croissance soutenue des économies, à une démographie favorable et à l'augmentation de la stabilité politique.

2. Le cours de l'immobilier a gagné en qualité, entraîné principalement par les occupants internationaux et la gouvernance d'entreprise, exigeant que la conception des bâtiments, les matériaux et les considérations environnementales soient conformes aux normes mondiales.

3. L'instabilité des conditions du marché, notamment de l'approvisionnement, et des systèmes financiers et juridiques établis a renforcé la nécessité de conduire une due diligence rigoureuse. La disponibilité des structures d'investissement viables et robustes est un autre critère pour les investisseurs potentiels. La représentation et l'expérience locales sont essentielles dans la plupart des marchés.

4. Une trop grande confiance dans les ressources naturelles, ainsi que la réticence à diversifier ses activités a eu pour conséquence une plus grande volatilité des marchés et des monnaies locales, causant des effets néfastes à court terme pour la crédibilité et l'attractivité de plusieurs marchés dépendants du pétrole.

5. Même si la taille et la maturité sont encore les plus gros critères d'opportunités pour les investisseurs, d'autres pays tels que l'Ethiopie, l'Ouganda, la Tanzanie ou la Côte d'Ivoire deviennent des destinations d'investissement de plus en plus intéressantes.

6. Les mesures nécessaires pour accélérer ce processus comprennent une plus grande transparence juridique et du marché, ainsi que l'amélioration de l'évaluation des capitaux et la facilitation de leur rapatriement.

7. L'évaluation immobilière en Afrique se heurte souvent à des facteurs inhabituels, comme le manque d'éléments de comparaison, les changements rapides d'approvisionnement, la volatilité des devises et les hausses de prix soudaines du marché haut de gamme. Un processus rigoureux est particulièrement essentiel pour établir un titre incontestable de propriété.

8. Le rapatriement des capitaux et des devises est un enjeux pour les investisseurs, compte-tenu des restrictions réglementaires en place dans certains pays. La planification et le respect des réglementations nationales et locales sont essentielles. Par-dessus tout, les investisseurs auront besoin d'élaborer des stratégies flexibles à long terme pour le rapatriement des capitaux, et ce bien avant leur déploiement.

De plus amples informations sur ces 8 points clés sont disponibles en anglais dans le DLA Piper/CBRE Real Estate Investment in Africa report.